L’Édito de la Semaine…

L’Édito de la Semaine…

‌Et alors ?


Ouais, vrai qu’ils nous ont fait un caprice d’enfants gâtés nos garnements et cela mérite une bonne engueulade, un bon coup de pied occulte et une grosse biasse de commentaires, ceux-là ils n’ont pas manqué, il fallait s’y attendre mais n’attendons pas trop longtemps.


Je reconnais qu’après le coup de la Rochelle cette récidive mouligasse en première mi-temps peut faire l’affaire des mauvaises langues et ils auront peut-être raison, mais ne tombons pas dans le piège de la morale gratuite, rien n’est parfait, la preuve…


Voilà, fermé le bureau des lamentations, rentrons les mouchoirs, les médias toujours bien éclairés nous ont expliqué la marche à suivre, nous sommes sauvés.


Tu veux que je te dise, les conneries, mieux vaut les faire maintenant, preuve que nos minots sont de chair et de sang et celui-là comme le nôtre, il est rouge et noir et ne saurait mentir.


Maintenant de là à faire de nos cousins toulousains des champions du monde, il y a une montagne, nous les avons regardés et ils ont fait les beaux, la moindre des choses et rien de plus normal.


Allez noun di dïou, met-toi à la fenêtre, celle qui s’ouvre sur la place Besagne, vé ils sont tous là les minots, les arpettes du crampon qui nous feront rêver demain, les vétérans si jeunes, les guerriers qui descendront toujours des collines soumises au dieu Faron, ouvre les yeux, qu’elle est belle ton équipe, ce n’est pas une bougnette furtive qui salira le maillot, allez envoie le Pilou-Pilou, encore plus fort, ils le mériteront sûrement et pas plus tard que samedi, après je n’ose même pas en parler, même le Coudon sera en éruption, comme la ville, notre pays des cailloux et la Provence sera la capitale d’un jour du rugby, cette Provence aujourd’hui martyrisée, torturée, ravagée, mais toujours fière et debout.


Chantent le mistral, la Sorbe, les cigales, la marine départementale, Cuverville, les cacous de Chicago, les pescaïres des Vignettes, le peuple de la Crau, tous derrière le RCT.


Toulonnais un jour, toulonnais toujours…

 
PS : le RCT à l’honneur, aujourd’hui 4 joueurs en tricolore, demain combien de nos jeunes ?

venenatis, sed Phasellus suscipit elit. eleifend dolor. et, non