L'Edito du Match

Ils ont le bateau mouche et nous un porte-avions …
 
Ils repartent avec un panier plein les franciliens, j’espère qu’il restait un peu de place pour les consoler de quelques belles rascasses et de dix kilos de moules pour le voyage.

Et il n’y a pas eu de surprises, logiquement les minots ont fait le boulot et d’une manière qui confirme sans discussion le match précédent, la tronche et les guiboles promènent dans le bonus, devant comme derrière en passant par le milieu, le ballon circule et nous faisons du joli jeu, n’en déplaise à quelques détracteurs incontournables qui nous voyaient déjà dans des difficultés profondes et espérées sournoisement.

Maintenant, même en commençant à dépoussiérer l’étagère à bibelots dorés, faisons bien attention de ne pas s’embarquer dans l’avenue des légendes sans avoir ouvert le portillon en grand, au risque de raspailler dans le prochain virage et l’on sait qu’il va être mariole.

Mais pour l’instant tout marche comme sur des crampons à roulettes, tè je vais te dire ce que je pense, les petits s’ils se bibinent quelques godets et qu’ils sortent la bourgeoise ou la fiancée dans un baletti discret et avec modération, ce serait une très bonne chose, chacun ses idées.

Ce qui est sûr, c’est que j’en connais quelques-uns qui l’ont déjà fêtée cette sacrée victoire et ils ont bien raison.

Encore fiers de vous la marmaille de Besagne !
 
PS national :
Oui ils sont les mauvais garçons d’un soir et pour cela ils méritent un carton rouge, c’est un acte ajouté à la comédie française.
Mais pour un supporter intraitable, c’est surtout un grand coup de pied au cul qu’il leur faut à ces ravageurs de night-clubs, ces accusés de ce que nous ignorons encore.
Alors les parfumés à l’odeur de sainteté, les amnésiques occasionnels, soyez indulgents, fidèles à cet esprit de concorde liguofédérale, oui il faut les punir mais pardonner dans la foulée, chez nous à Toulon, nos joueurs, ils sont tous nos minots.

Partagez ce sujet